Nos sponsors :

Archives

Calendrier des articles

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Actualités protection animale

Retrouvez dans cette rubrique quelques faits marquants de l’actualité de la protection animale, pour approfondir vos recherches, nous vous suggérons d’aller visiter les sites de « 30 Millions d’Amis », « L214″, « CIWF.fr », … (liste non exhaustive)

alerte-chenilles-processionnaires

Un article « Wamiz » : https://wamiz.com/chiens/conseil/les-chenilles-processionnaires-de-veritables-dangers-pour-les-animaux-6206.html

Les chenilles processionnaires représentent un réel danger pour nos animaux (ainsi que pour l’homme), en raison de leurs poils qui sont urticants et allergisants.

 

etre-candidat-aux-elections-legislatives

Un communiqué du Parti Animaliste : https://parti-animaliste.fr/legislatives2017/

Pourquoi être candidat aux législatives pour le Parti animaliste ?

Il s’agit tout d’abord de visibiliser la cause animale et d’offrir la possibilité au plus grand nombre d’électeurs d’exprimer l’urgence qu’ils attachent à cette question.

Votre candidature aux législatives permettra au Parti animaliste de devenir pleinement un acteur des élections législatives et ainsi à la question animale de s’imposer dans le champ politique.

De plus, le Parti animaliste étant monothématique, c’est-à-dire centré sur la question animale, cette cause ne sera pas diluée au sein d’un programme plus général, vous agirez sans ambiguïté pour les animaux.

Enfin, votre candidature peut également mettre en lumière des questions locales autour de la cause animale, offrant ainsi la possibilité d’accroître l’intérêt de l’ensemble des acteurs de la vie politique pour ces questions émergentes.

Si vous voulez en savoir plus, la suite sur le site du Parti animaliste : https://parti-animaliste.fr/legislatives2017/

Un communiqué CIWF France : https://www.ciwf.fr/actualites/2017/03/succes-monumental-pour-les-lapins-delevage-en-europe/?utm_campaign=cageage&utm_source=updateemail&utm_medium=email

Fantastique nouvelle : aujourd’hui, grâce à vous, les eurodéputés ont voté le rapport qui proposait l’élimination progressive des cages dans les élevages de lapins ! Sur les 674 députés présents, 410 sont pour Une nouvelle ère sans cage pour les lapins.

Le rapport reconnaît que les cages ne répondent pas au bien-être des lapins d’élevage et que l’Europe doit abandonner ce système obsolète. C’est un moment historique dans le mouvement vers la fin de l’élevage industriel.

Mieux encore, les eurodéputés demandent également à la Commission européenne de rédiger une législation visant à introduire des normes minimales pour les lapins d’Europe, y compris l’interdiction de l’élevage en cage.

Un immense merci à toutes celles et ceux qui ont signé notre pétition de 600 000 signatures, fait un don, envoyé des emails, appelé et tweeté les députés avant le vote critique. Et bien sûr, merci à tous les enfants qui ont dessiné des lapins pour montrer aux députés comment ils devraient vivre.

Cette campagne se poursuit bien sûr et nous aurons encore besoin de votre aide pour maintenir la pression sur les décideurs européens et faire en sorte que cette question reste à l’ordre du jour. Mais aujourd’hui, grâce à vous, la protection de 320 millions de lapins chaque année a fait un vrai bond en avant.

parti-animaliste

Le sort réservé aux animaux apparaît sclérosé depuis des siècles et n’a pas fait l’objet d’évolution significative.

La société a pourtant connu au cours des dernières décennies des avancées considérables.

La question animale est, elle, restée paralysée.

Pourtant la prise de conscience de l’opinion publique n’a de cesse de croître sur cette question : chaque jour un nombre toujours plus important d’individus appellent de leurs vœux un changement.

Les connaissances scientifiques livrées par l’éthologie confortent plus encore la nécessité d’un tel changement.

Pour autant, les acteurs politiques n’ont pas su prendre la mesure du décalage entre cette opinion, ces connaissances et l’état du droit applicable aux animaux.

Face à ce contexte, il est impérieux d’opérer une rupture et de faire émerger la question animale dans le champ politique.

Le Parti animaliste s’est donné cette ambition.

Découvrez le site du parti animaliste : https://parti-animaliste.fr/

Des personnes passent des annonces : Cherche chatons urgent.

Lorsqu’on appelle ces personnes, elles précisent qu’elles veulent des chatons non sevrés pour les sociabiliser.

Or il s’agit de gens qui veulent des petits chats car ils servent à nourrir des serpents (mangés vivants), ils les veulent petits car plus gros les serpents n’en veulent pas.

Nous conseillons une très grande vigilance à tous ceux qui ont des chatons à l’adoption !


Aussi sur Radio Scoop : https://www.radioscoop.com/infos.php?id=123798

Le gouvernement australien prévoit d’euthanasier 2 millions de chats sauvages d’ici 2020. Ils seraient responsables de l’extinction d’une vingtaine d’espèces. Une mesure radicale qui aurait pu être évitée. Les explications de 30millionsdamis.fr. : http://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/9102-2-millions-de-chats-sauvages-seront-euthanasies-en-australie/

chats-australie-euthanasie-676_bis

« Il est très important de souligner que nous ne détestons pas les chats. Nous ne pouvons juste pas tolérer les dommages qu’ils causent à la faune. ». C’est par ces mots que le Commissaire aux espèces menacées, Gregory Andrews, a justifié le nouveau projet du gouvernement australien. D’ici 2020, 2 millions de chats sauvages devraient être euthanasiés notamment avec des appâts empoisonnés, le tout de façon aussi « humaine et efficace » que possible. Une application smartphone permettra aussi de signaler ces chats aux autorités.

LES CHATS SAUVAGES, DANGEREUX PRÉDATEURS ?

D’après les scientifiques australiens, les chats sauvages seraient les principaux responsables de l’extinction de 28 espèces de mammifères depuis deux siècles et menaceraient la survie de 120 autres espèces. Chaque jour, ils tueraient 75 millions d’animaux. Parmi leurs victimes, le bilby, le numbat ou encore le chat marsupial de Geoffroy ou de nombreux oiseaux.

Selon des informations du journal anglais The Guardian, l’Australie détient le taux record d’espèces menacées dans le monde. Aujourd’hui, 1800 espèces sont en voie d’extinction sur son territoire. En cause : les chats sauvages mais aussi l’industrialisation de l’agriculture et le développement d’autres animaux nuisibles.

Le gouvernement prévoit donc la création de zones de protection pour ces espèces menacées où leurs prédateurs auront complètement disparus.

LA STÉRILISATION, UN ACTE RESPONSABLE

Ces chats, arrivés avec les colons européens dans les années 1700 appartiennent à la même espèce que les chats domestiques mais sont devenus sauvages et se sont reproduits puis propagés à travers toute l’Australie. Ils seraient aujourd’hui plus de 20 millions.

Une surpopulation qui mène aujourd’hui à une politique brutale qui aurait pu être évitée si des mesures de prévention avaient été adoptées. En France, la Fondation 30 Millions d’Amis finance la stérilisation des chats abandonnés et sensibilise les propriétaires d’animaux à cet acte responsable.

flac

Si notre principale activité est la protection des chats, nous ne restons pas indifférents à la souffrance animale en général.

Nous soutenons le CRAC Europe et pour la protection de l’enfance, ainsi que toutes les associations qui militent en ce sens. Notre association fait partie du collectif « Patrimoine corrida », auquel adhérent plus de 180 associations françaises et étrangères. Le collectif demande l’abolition des corridas. Nous participons aux manifestations, nous signons les pétitions et relayons les informations. Soutenez le collectif avec nous, car la lutte est encore longue et requiert l’énergie de tous !

Rejoignez-nous : http://www.patrimoine-corrida.fr/
Crac Europe : http://www.anticorrida.com/crac-europe/
No corrida : http://nocorrida.com/

On ne peut exclure une seule cause dès lors qu’un animal souffre. Merci de relayer nos informations auprès de ceux que cette souffrance dérange.